Un article chaque mois

Comines 1730

Extraits d'une notice concernant Comines parrue en 1730.

 

HistLilleThirouxCOMMINES

Tire son nom, à ce que l'on dit, de Cominus Seigneur d'Arras qui la fonda. Sa situation sur la Lys deux lieues plus bas qu'Armentières, est agréable, l'on y fait beaucoup d'étoffes & grand commerce de lin. Cette ville fut de tout temps considérable par son commerce comme il paroit par une ancienne pancarte reposante au Greffe de la Ville, en date du mois de May 1354 contenant les droits de Marché de tonnelieu, & détalage que levoit le Seigneur sur les Grains & autres Denrées qu'il a accordé au profit du Magistrat, ce qui a esté confirmé par les Lettres patentes du Roy Jean & Charles de glorieuse mémoire, données à Paris aux mois d'Octobre 1362 & Septembre 1364. Son fertile marché est justifié par Lettres du Duc de Bourgogne en 1456 & Charles-Quint luy donne les mêmes Privilèges qu'aux villes de Lille, Armentières & autres, comme il paroit par ses Lettres de 1552.
La Seigneurie appartenoit autrefois à la famille de le Clite, d'où est décendu Philippe de le Clite surnommé de Comines renommé par ses mémoires sur la vie des Rois Louis onzième & Charles huit, elle est une des quatre Baronnies des Hauts-Justiciers de la Châtellenie de Lille, de laquelle dépendent plus de deux cens Fiefs ou arrières Fiefs dont plusieurs sont situez dans la Flandre Flamingeante.

Le Seigneur qui est aujourd'huy le Duc d'Orléans qui l'a acquise du Prince de Chimay, nomme un Baillif qui fait rendre la justice en son nom par sept Eschevins qu'il renouvelle quand il lui plaist; & comme ce Baillif est obligé de représenter son Maistre aux Estats de Lille, le Bourguemaistre du lieu fait ses fonctions dans son absence.

On n'y voit qu'une Paroisse où est un petit Chapitre de Chanoines, dont le Patronage & la Collation des Bénéfices fut cedé en 1250 par le Seigneur à l'Evêque de Tournay qui en est Prévôt perpétuel, on y révère la Canale de St. Cresole que ce St. apporta de Verlinghem où on lui avoit coupé environ l'an 303 comme le disent la tradition & l'Office du St. qu'on y célèbre comme Patron de la Ville, il y a aussi un Hôpital servi par des Religieuses de St. Augustin, des Sœurs Grises qui tiennent des Pensionnaires & des Recolets au nombre de quatre ou cinq qui se servent de la même Eglise. Le Magistrat vient d'y faire un beau Bâtiment pour y ériger une Ecole pour les Pauvres.


Histoire de Lille et de sa châtelenie par Jacques THIROUX, Lille, 1730